Articles

Bas les masques !









Depuis quelques mois, nous sommes tenus de porter un masque lorsque nous entrons dans un lieu public, lorsque nous partageons du temps en communauté.

Cette obligation se traduit littéralement par le fait de masquer une partie de notre identité.

En même temps que nous portons un masque, que nous cachons une partie de notre visage, nous masquons également notre opinion personnelle sur le thème du virus, et plus généralement, sur celui de la peur.

Le dépassement de la peur étant un thème majeur de notre incarnation, il est d’actualité de se demander comment est-ce que nous vivons le fait de devoir adhérer, de gré ou de force, à la généralisation de cette émotion.

Nombreux sont ceux d’entre nous qui vivent dans la conscience que la mort fait partie de la vie, et que quoi que nous fassions, elle est l’issue inévitable de notre passage sur Terre.

Pourtant, avec ce phénomène inédit, qui est le port du masque, naissent des divisions supplémentaires entre les gens, de la suspicion, des jugements, des rappels à l’ordre, lorsque nous oublions que, nous devrions, comme la plupart des gens, nous sentir en danger.

Mais justement qu’en est-il des personnes qui pensent que le virus est aussi dangereux que le tabac, l’alcool, la circulation routière, les maladies sexuellement transmissibles … ? Si nous tenons compte de l’indice de dangerosité de la vie, sachant qu’aucun être humain ne vit en parfaite sécurité, devrions-nous verbaliser toutes les personnes qui ont signé le contrat de la Vie, et qui en acceptent les dispositions ?

Qu’en est-il également des traumatismes qui seront laissés par cette période, à nos enfants, à nos aînés, aux personnes psychologiquement fragiles? Sommes-nous conscients de la portée des messages tels que : il est dangereux de se rapprocher des autres, de leur faire la bise pour les saluer, de les toucher, et, que de manière générale, il est préférable d’approuver le consensus pour être accepté au sein de la communauté.

Pour autant, sachant que rien n’arrive pour rien, et que les messages de la Vie sont parfois très subtils, nous devons reconnaître que cette période du port du masque a un sens.

Visuellement, le port du masque met en évidence les yeux et le regard, alors peut-être que le moment est venu de nous interroger sur notre vision et notre discernement.

Effectivement, si nous sommes amenés à porter des masques, c’est que, d’une manière ou d’une autre, chacun de nous porte déjà un masque invisible mais omniprésent, dans un ou plusieurs domaines de sa vie : au travail, en famille, dans le couple, dans la rue… C’est à chacun de se reconnaître dans une ou plusieurs de ces catégories.

Par voie de résonance, il est fréquent que, pour valider notre propre choix de masque, nous demandions, de manière plus ou moins autoritaire, aux personnes qui nous entourent de porter le(s) même(s) masque(s) que nous.

Alors, finalement peut-être que le port d’un masque matérialisé est symboliquement là pour générer un inconfort suffisamment grand pour être à même de nous pousser dans nos retranchements les plus intimes, à même de nous pousser à faire tomber nos propres masques, et à nous assumer, publiquement, tels que nous sommes.

***

Lire aussi: L’IdentitéLa RéussiteLa Valeur Le TravailLe CoupleLe Mieux et le Bien , La Vie et La Mort , Perdre pour gagner , L’Imposture , Les Apparences

Back To Top